Chapitre 19

Chapitre XIX


Minnesota  (Etats-Unis), le lundi 24 Novembre 2008

     Lolé, sur son lit d'hôpital, fixait le plafond lorsque Christelle et les garçons entrèrent dans la chambre.

     - Comment allez-vous, Lolé ? demanda Christelle.

     - Assez fatigué, mais ça va.

     Christelle déposa un gros bouquet de fleurs ainsi qu’une boîte de chocolats sur la table.

     - Merci, mais il ne fallait pas apporter tout cela.

     - C’est la moindre des choses qu’on pouvait faire pour vous remercier de votre aide, intervint Anthony.

     Lolé sourit tout gêné. C’était son travail. Il n’avait aucun mérite.

     - Byron et Greg, vous avez annoncé la bonne nouvelle à Christelle ?

     - Pas encore. On attendait que tu le fasses, répondit Greg.

     - C'est quoi cette nouvelle ?

     Lolé pressa le bouton de la télécommande du lit. L’avant de celui-ci se souleva doucement. Il pourrait ainsi mieux leur expliquer.

     - Eh bien...

     La porte de la chambre s’ouvrit sur une infirmière.

     - Désolée, Messieurs, Dame, de vous chasser, mais Monsieur Kasmi a besoin de soins médicaux.

     - S'il vous plait, ne me laissez pas avec le dragon, je préfère être aux mains de Montana...

     - A tout de suite ! répliquèrent Greg et Byron.

     - Au secours, pas de piqûre !

     - Cela va juste vous piquer légèrement. Ce n'est rien comparé à une balle.

     - Je pense le contraire… Au secours les gars !

     - Pourriez-vous fermer la porte derrière vous, s'il vous plaît ?

     - Pas de problème ! dit Byron.

     Les quatre personnes se dirigèrent vers la machine à café au fond du couloir.

     Christelle était de plus en plus curieuse. Il avait fallu que l’infirmière vienne les interrompre. Qu’allait lui révéler Lolé ? Faudrait-il qu’elle change d’identité afin que Montana ne s’en prenne plus à elle ?

     Le temps de choisir un café chacun et l’infirmière n’était plus là à leur retour.

     - Tu boudes? s’informa Byron ne le voyant pas sourire.

     Lolé avait les bras croisés sur son torse. Il les décroisa afin de prendre le verre de cappuccino que lui tendait Byron.

     - Oui, vous n'aviez pas à me laisser avec ce dragon.

     - Pour une simple piqûre, tu exagères.

     - Ben voyons, la piqûre de vingt centimètres n’était pas pour vous.

     Tous les quatre se mirent à rire.

     - Alors Lolé, c’est quoi la nouvelle ? Je suis curieuse.

     Christelle et les autres avaient repris leur sérieux. Elle avait hâte de connaître ce que lui cachait Lolé. Celui-ci avait les yeux pétillants de malice et un sourire énigmatique.

     - D’accord… Christian n'est pas mort.

     - Quoi ? Il n'est pas mort ?

     - Vous avez bien entendu.

     - Comment est-ce possible ?

     - Je vais vous raconter depuis le début.

     Lolé membre d’Interpol s’était infiltré dans le gang de Montana. Il en avait vu des choses terribles mais sa couverture ne lui permettait pas d’agir. Lorsqu’il avait suivi Christian, il avait essayé de mettre son acolyte sur la mauvaise voie.

     - C’est comme le jour où vous vous êtes planqués derrière les poubelles. Il a failli vous repérer mais je l’ai dirigé dans une autre direction.

     Cet homme avait été tué pour avoir failli à sa mission. Lolé en avait réchappé de justesse et il avait retrouvé Christian. Ce dernier avait bien cru sa dernière heure arrivée en le reconnaissant. Mais après lui avoir avoué sa véritable identité, il lui avait proposé un plan. Si Christian souhaitait ne plus être chassé comme un vulgaire animal, il devait à tout prix mourir.

     Ce plan mis au point, Lolé avait indiqué à Mehmet où habitait Christian. Ils s’étaient donc rendus tous les deux chez lui. Lolé avait bipé discrètement Christian afin de l’avertir qu’ils étaient tout proche. Alors que Lolé s’apprêtait à se garer, Mehmet avait vu Christian rentrer dans sa voiture. A partir de ce moment, la course poursuite avait débuté.

     Lolé s’était mis comme convenu parallèlement à la voiture de Christian et Mehmet avait baissé sa vitre et sorti son revolver.

     Christian, l’ayant aperçu, avait freiné puis, avait fait demi-tour. La rue était quasiment déserte très tard ce soir-là. Lolé avait fait exprès de perdre du temps à exécuter sa manœuvre. Cela permettait à Christian de descendre de voiture lorsqu’il n’était plus dans leur champ visuel.

     Grâce à son ingéniosité d’électronicien, Christian pouvait commander sa voiture de l’extérieur à l’aide d’une manette.

     Il était prévu qu’un adolescent du quartier traverse en courant la rue lorsque la voiture de Lolé serait en vue. Christian devait l’éviter de justesse, foncer sur le trottoir et faire plusieurs tonneaux avant d’activer l’explosif.

     Mehmet avait donc été témoin de la scène. Il avait voulu s’approcher de la voiture en flamme et l’achever. Mais les sirènes des voitures de police s’étaient fait entendre non loin de là. Christian les avait prévenues quelques minutes auparavant.

     Lolé avait fait demi-tour. Christian était forcément bel et bien mort car la voiture était entièrement enflammée.

     Montana avait été mis au courant mais il restait tout de même Christelle. Cette dernière avait ensuite été repérée grâce à la télévision.

     Mehmet était chargé de la localiser en Italie. Sans grand succès puisqu’elle était déjà partie. Néanmoins, son frère pouvait à tout moment leur indiquer l’endroit où elle s’était cachée.

     Lolé était intervenu en prévenant Ben en Italie. Le fameux ange gardien, c’était lui.

     - Et vous connaissez la suite, conclut-il.

     Le visage de Christelle devint plus radieux.

     - Où est-il en ce moment ?

     - Je pense qu'il doit être chez lui.

     - Je suis si content pour toi Christelle, déclara Anthony en la ramenant contre lui. Et comment faire pour se débarrasser de Montana et retrouver une vie tranquille ?

     Lolé eut ce même sourire énigmatique avant de répondre.

     - C’est déjà fait.

 

Paris  (France), le jeudi 27 Novembre 2008

     - Espèce d’incapable, vous l'avez encore perdue ! hurla Montana.

     - Si je puis me permettre, Monsieur Montana, commença Carl d'un ton hésitant, Lolé nous a bernés.

     - A vous deux, vous n'avez pas été fichus de le buter.

     - Mais...

     - Tais-toi, j'en ai marre de toi.

     - Moi aussi, patron.

     - Qu'as-tu dit ? Ai-je mal entendu ?

     - Non, j'ai dit que j'en avais marre de votre sale tête de têtard !

     - Je vais te buter...

     - Non, c'est moi, révéla Carl en sortant son arme et en le pointant sur Montana.

     - Carl, tu sais que je plaisantais.

     - Mais moi, Monsieur Montana, je ne plaisante pas du tout. Avant de vous tuer, je voulais vous transmettre le bonjour de Carloty.

     - Carloty ?

     - Oui, votre ennemi.

     - Sale chien !

     - Eh oui. Lolé, Greg et Byron n'étaient pas les seuls… au revoir patron, ajouta-t-il ironiquement.

     Carl tira une balle en plein cœur puis une autre au milieu des deux yeux.

     - Ma chère Christelle Gordon, heureusement pour vous que vous n'êtes pas l'ennemie de Carloty. Du moins, je l'espère pour vous.

 

Minnesota  (Etats-Unis), le jeudi 27 Novembre 2008

     Christelle et Anthony se tenaient assis en face d’un homme en costume cravate. Ils buvaient tous les trois un café. L’homme avait un magnétophone dans une main et un bloc-notes dans l’autre.

     - Mademoiselle Gordon, allez-vous courir pour la même écurie la saison prochaine ?

     - Non.

     - Pourrait-on savoir pour quelle autre écurie ?

     - Aucune.

     - Vous n'allez plus concourir ?

     - Non.

     - Et vous, monsieur Luciano, étiez-vous au courant de sa décision ?

     - Pas du tout.

     - Pour quelle raison arrêtez-vous la Formule 1 ?

     - Parce que je vais me marier et que j'ai envie de fonder une famille.

     - Connaît-on l'heureux élu ?

     - Oui.

     - Pourriez-vous nous le dire ou est-ce un secret ?

     - Non. Il est juste à côté de moi.

     - Mes félicitations, à quand le mariage ?

     - Dans deux semaines.

     - Si on vous demandait de commenter la Formule 1, le feriez-vous?

     - Sans hésitation, c'est moins dangereux.

     - Cela ne vous manquera-t-il pas de piloter de F1 ?

     - Oui, mais je pourrais toujours en conduire une si je le souhaite pour mon plaisir, n’est-ce pas Anthony ?

     - Certainement, ma chérie.

     - Pensez-vous qu'une femme pourra de nouveau piloter ces engins en course ? s’adressa-t-il à Anthony.

     - Effectivement. Si l'une d'entre elles souhaite plus que tout en piloter une, qu'elle pose sa candidature ! C'est comme dans le domaine de l'électronique ou de la mécanique qui n'était réservé qu’aux hommes. Et de nos jours que voyez-vous? Des femmes qui s’aventurent dans ce domaine. Donc... Qui sait si un jour une femme ne viendrait pas de nouveau se mesurer à ces messieurs ?

     - Je vous remercie, Mademoiselle Gordon et Monsieur Luciano, de m'avoir accordé cette interview.

     L’homme rangea son bloc-notes et son magnétophone dans sa mallette.

     - Tout le plaisir était pour nous, affirma Christelle en lui serrant la main.

     - Au revoir !

     Anthony, assis sur le canapé, la fixait intensément. Son visage était fermé.

     - Christelle ?

     - Oui, qu'y a-t-il ?

     - Tu dis vouloir arrêter ta carrière parce que nous allons nous marier et que tu souhaites fonder une famille… Tu aimes piloter et j’ai l’impression que tu y mets un terme à cause de moi…

     Christelle prit place à ses côtés et lui caressa la main pour le rassurer.

     - Je me suis aperçue que la Formule 1 venait après toi. J'ai envie de rester avec toi jusqu'à la fin de ma vie et avoir beaucoup d'enfants. Je t'aime, Anthony, comme je n'ai jamais aimé personne. Et ce ne sera pas la Formule 1 ou quoi que se soit d’autre qui me fera perdre cet amour.

     - Pour l'instant, mais un jour tu m'en voudras...

     - Non… Je préfère être prisonnière de tes bras puissants que de ces voitures si puissantes soient-elles.

     - Alors qu'attends-tu? Viens dans mes bras !

     Elle se sentait en sécurité dans les bras de son futur mari.

http://www.eurosptp.com/page.php?name=labylka95 

Régie publicitaire Pubdirecte
Votre site en popunder ici

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site